C’est avec un immense soulagement et un grand sourire aux lèvres que je vais accueillir octobre demain. Pourquoi un tel enthousiasme ? Parce que cette année, septembre m’a semblé interminable, fatiguant. Bien qu’il fut fidèle à lui-même (rentrée des classes, inscriptions diverses et variées, rendez-vous médicaux, reprises des activités, planning à organiser), il me laisse complétement ko.

Comme si cela ne suffisait pas,  d’autres évènements sont venus se greffer : la rentrée des zouzous dans une nouvelle école ( nouvelles méthodes d’enseignement, nouveaux horaires, plus de devoirs), des travaux de rénovation à prévoir suite à un dégât des eaux (chercher des artisans, attendre leurs devis, la réponse de l’assurance et prévoir dans ces prochains mois les travaux), Mistinguette qui nous annonce vouloir faire sa communion (et une réunion d’information en plus sans compter toute la préparation qui va avec et qui s’échelonne sur l’année) .

Tout ça a fait que je me suis vite sentie déstabilisée, débordée. Je ne maîtrisais rien. Et j’ai détesté  ce sentiment d’hors contrôle, moi la pro de l’organisation. Mais là rien n’à faire, je n’y arrivais pas. Mon cerveau n’anticipait rien. Limite je procrastinais.  Je me suis rendue compte que cette année, les vacances me furent vraiment bénéfiques. J’ai enfin réussi à totalement décompresser, à me vider la tête de tout ce qui me polluait. Je m’étais mis sur mode « je me laisse aller ».  Sauf que j’ai omis de me remettre sur celui de supermum / superwoman.

J’ai tellement apprécié cette pause salutaire que du coup j’ai mis énormément de temps à retrouver mes capacités d’organisation, d’anticipation. Comme si inconsciemment, je ne voulais pas retrouver ce rythme effréné qui me caractérise tant, perdre si vite ce sentiment de plénitude. Mais au bout de 3 semaines, il a bien fallu que je réagisse tout en gardant une part de ce bien être ressenti durant ces vacances déjà largement mis à mal grâce au boulot.

Alors j’ai investi dans un agenda papier sur lequel je consigne ma /mes to do list quotidienne. Voir les choses à faire écrites me permet de mieux les visualiser, les anticiper et surtout de ne plus avoir cette désagréable impression d’oublis.

 Puis j’ai décidé d’arrêter de me laisser polluer par tout un tas de choses, de personnes, de comportement au risque de paraître froide, indifférente, de m’expliquer parce que finalement cela ne sert à rien (de toute façon j’aurais toujours tort). Pas facile, c’est un combat quotidien mais je tiens bon.

J’ai également décidé d’arrêter de fumer (oui c’est en totale contradiction pour la sportive que je suis). Mon médecin traitant m’a donné le numéro d’un de ses confrères pour m’aider dans ma démarche. Cela va être l’un de mes plus grands défis à relever je crois.

Il y a aussi des décisions plus légères, plus faciles comme celle d'organiser notre voyage à New York, partir quelques jours à Marseille pendant les vacances de la Toussaint, nos apéros tous les 4 chaque vendredi soir pour fêter le week end, vivre pleinement mes envies ( comme celle de préparer une brioche à 18h...)