Cette année,Ptit loulou découvre les joies de la dictée hebdomadaire. Et ce n’est pas une partie de plaisir. Ni pour lui ni pour moi. La raison ? Mr déteste écrire. Pour lui c’est trop long, trop compliqué. Alors il a trouvé une parade : il écrit vite, mal et ne s’applique absolument pas.

 

Du coup, je vous laisse imaginer le résultat final. Bien que nous travaillions quotidiennement les dictées, cette dernière est toujours limite. Le pire est qu’il sait écrire les mots de sa dictée mais comme il ne s’applique pas et que même la maitresse est parfois incapable de le relire, il revient tous les lundis avec une liste de mots à recopier 5 fois. Chacun !!!! Il en est venu à détester les dictées et dès le dimanche soir il appréhende le moment où la maitresse va lui dicter des mots.

Et il n’y a pas qu’en dictée que cela pose problème. Ses devoirs sur son cahier de texte, ses poésies sont parfois tellement illisibles que je suis obligée de lui demander ce qu’il a écrit. Son cahier du jour est rempli de mots tels "attention au soin", ou "applique toi", "fais un effort". Même lui parfois, n’arrive pas à se relire. Heureusement Google nous sauve la vie pour les poésies et les copines m’envoient par sms les devoirs à faire.

J’ai tout essayé : la menace de retourner chez l’orthophoniste s’il continue à ne pas faire d’effort, le punir de télé, de jeux vidéo, et la menace ultime : le punir d’entrainement de foot (bon cette dernière ne peut être appliquée actuellement pour cause de trêve hivernale mais les 2 autres font leur effet. Plus ou moins). Ces menaces ont un effet très limités dans le temps ( celui des devoirs) et aucun à l'école. 

Je lui ai expliqué pourquoi il était nécessaire de bien écrire, qu’il n’avait pas le choix, toute sa vie il serait obligé d’écrire. Qu’on ne lui demandait pas d’avoir une écriture parfaite mais que l'on puisse le relire serait suffisant. Je lui ai demandé s'il ne trouvait pas injuste de devoir recopier des mots qu’il sait écrire correctement mais que la maitresse lui a compté comme faux simplement parce qu'elle n'arrivait pas à le relire. Si cela lui faisait plaisir de perdre des points sur un travail simpliement parce qu’il l'avait bâclé. 

Mais autant parler à un sourd. Je ne connais pas plus têtu que Ptit loulou. A bien y réfléchir si je connais quelqu’un : MOI.

Alors chaque soir, quand vient le moment des devoirs, je m’arme de patience (ou pas), je lui réitère ce qu’il risque à ne pas s’appliquer. Je l’encourage, le félicite. Une fois les devoirs finis, chacun de nous deux poussent un soupir de soulagement. Mais le répit est de courte durée car le lendemain je sais que je devrais, une fois de plus, tout recommencer.

Ca va être long son parcours scolaire, je le sens.

Son cahier de texte

Sa dernière poésie